Pourquoi Vârânasî ?

Je vous épargne le fameux « et pourquoi pas ? « . Et j’espère qu’après ces quelques lignes d’explications, vous comprendrez le pourquoi…du comment !

D’abord, un peu d’histoire et de contexte

Vârânasî, également appelée Bénarès, est une ville située au Nord-Est de l’Inde, sur les rives du Gange. Elle est célèbre pour son histoire illustre, ses mélanges de culture et de littérature mais surtout elle est la ville la plus sacrée de l’Hindouisme. Le culte de Shiva y est très présent et c’est pour cela que Vârânasî extrêmement prisée par les pélerins indiens, qui viennent s’y recueillir voire même mourir dans les eaux du Gange. Vârânasî est donc connue pour ses bords du Gange, appelés les ghats, aménagés avec des escaliers en pierre empruntés par les indiens venus faire des ablutions et des prières dans le fleuve. Les fervents croyants s’y baignent afin de s’expier de leurs péchés et de se purifier dans ces eaux, pourtant noires de pollution. Les indiens ne font pas que se baigner ou se purifier dans les eaux du Gange : ils viennent également y mourir. En effet, venir mourir à Vârânasî, c’est la promesse d’une vie éternelle le plus rapidement possible. De nombreuses incinérations ont donc lieu chaque jour, durant la journée et la soirée.

Sortir de ma zone de confort

J’ai choisis cette ville parce qu’elle semble chère aux indiens…enfin, plus particulièrement aux hindous. Je suis curieuse d’en découvrir les cérémonies, la spiritualité. Je pense que ces éléments me permettront de me recentrer quand je ferai face à des moments déroutants, troublants, difficiles. Ce que j’appréhende le plus, mais que je souhaite également voir changer, c’est la présence de la mort.

Dans notre culture, la mort est un évènement triste. Or, dans cette ville, mourir est une fête, une promesse d’être récompensé pour les bonnes actions menées durant notre vie. J’appréhende la perte de mes proches, je n’ai jamais du y faire face, et je n’ai donc jamais vu une personne décédée. A Vârânasî, il est possible que j’y sois confrontée, c’est même très probable, et j’ai envie d’apaiser ma peur de la perte.

Sortir de ma zone de confort, c’est également aller à la rencontre de professionnels, d’être humains aux cultures et pratiques différentes des miennes. J’ai l’impression de m’apprêter à naitre une seconde fois, il me faudra tout apprendre. Mais cela ne m’effraie pas, au contraire. J’espère pouvoir vite me fondre dans le décor, et me délester de mon statut de touriste.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s